La construction renouvelable

Nous avons désormais toutes les cartes en main pour inventer une nouvelle approche de la construction, une construction renouvelable.

Les métiers du bâtiment évoluent et changeront encore plus durant ce siècle du numérique.

La révolution que l’automobile a connu dans les années 1980 et qui a profondément transformé cette industrie arrive progressivement dans le bâtiment.

Il devient impératif de construire de façon respectueuse face à l’environnement. Les ressources de la planète s’amoindrissent c’est pourquoi le bâtiment entre dans cette voie de la construction économe en ressources.

Aujourd’hui les donneurs d’ordre appliquent la réglementation qui leur impose de disposer de bâtiments économes en énergie et faibles producteurs de dioxyde de carbone. 

Le BIM a fait une entrée fracassante dans les grands projets et les majors tels Bouygues, Vinci, Eiffage, l’utilisent de plus en plus.

Le niveau de performance attendue impose une qualité de plus en plus forte. Il n’est plus rare de voir dans les appels d’offre des compteurs “RT2012” pour mesurer les résultats et les comparer à ceux annoncés avant travaux. 

Les conséquences de ces nouvelles règles de construction ont eu pour impact une hausse du coût des travaux qui restent encore réalisés à l’unité, la plupart du temps.

Technique de construction renouvelable

La construction renouvelable est née de ces constats :  Agilcare Construction en est l’un des pionniers.

Cette entreprise exploite le “nano®”, le plus petit élément préfabriqué permettant la réalisation de planchers, de murs et de toitures à haute performance énergétique.

Numériser les plans et anticiper toutes les phases de la construction, préfabriquer la structure du bâtiment, préparer le second oeuvre en atelier pour ne conserver que la pose sur le chantier sont des opérations désormais possibles.

Utiliser des matériaux renouvelables, comme le bois, a réellement du sens car il est facile à usiner, il isole bien, l’étanchéité à l’air peut s’obtenir sans contrainte technique. Sa durée de vie en exploitation est supérieure à cinquante ans, identique à la durée de croissance de l’arbre.

Pose d'un élément préfabriqué de construction renouvelable
Ossature modulaire bois préfabriqué en usine ©Luc maréchaux pour Agilcare Constuction – juin 2018

Fondations

Les fondations des constructions sont, malheureusement, également des occasions d’obérer le foncier en y injectant des tonnes de béton et d’acier coulés pour y rester. Or d’autres solutions existent, tels les micropieux de Technopieux[1]. Cette possibilité qui bénéficie d’un “avis technique”, permet de visser un pieux dans tous les sols, jusqu’à des profondeurs de quarante mètres. Grand avantage de ces micropieux : ils sont réversibles. 

fondations de batiment renouvelable sur micro pieux réversibles
fondation d’un batiment renouvelable sur micro pieux – stephane Juan 2017

L’usage changeant avec les temps et les propriétaires des bâtiments, le bâtiment doit être conçu de façon à pouvoir se démonter partiellement ou totalement, sans générer de déchets. C’est possible avec l’ossature bois quand elle a été prévue avec des connecteurs démontables.

Ainsi la structure se monte, se démonte et se réutilise pour refaire le même projet ou bien un autre totalement différent à partir du même élément structurel.

Le second oeuvre est lui aussi réalisé pour être démonté puis réutilisé dans une nouvelle construction. Cela passe par un réseau électrique posé en applique, un tableau pré-monté en atelier. Le réseau de plomberie est également installé en mode réversible avec une tuyauterie en tubes multicouches sertis par des outils et à froid.

Les cloisons et les revêtements muraux peuvent, eux aussi, être réversibles : par exemple, un panneau intérieur de l’ossature réalisé en bois, pré-peint en atelier permet de gagner du temps à la pose et surtout d’être réutilisable.

Les revêtements de sol seront les seuls déchets résiduels de la construction.

Bien que pouvant être faussement apparentée à une construction « temporaire », le bâtiment renouvelable s’inscrit en totalité dans le Code de la Construction. Il répond en tous points au Code de l’Urbanisme et à toute réglementation liée aux différentes fonctions du bâtiment : logement / Etablissement Recevant du Public, c’est-à-dire la Réglementation Thermique, d’Accessibilité, Sécurité Incendie etc.

En outre, et malgré son agilité, cette construction offre une garantie décennale, même si elle peut être “désassemblée” à tout moment.

De même un Permis de Construire est nécessaire, autant qu’un Permis de Démolir et dont l’instruction qui durent jusqu’à 4 à 6 mois alors que l’opération ne dure que quelques semaines.

On remarque, dans ces derniers points, le décalage entre la réglementation et le projet, cela confirme la réussite du pari : réaliser une construction de qualité traditionnelle, pouvant absolument s’inscrire dans un véritable projet d’architecture et d’urbanisme mais dont les particularités offrent souplesse et agilité.

Process de la construction renouvelable

Un court graphique permet de mieux comprendre le process de la construction renouvelable. La phase la plus importante est l’étude.

process de la construction renouvelable
process de la construction renouvelable

[1]http://www.technopieux.com

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.