Le marché de la construction

Perspective d’évolution du marché mondial de la construction


Le marché mondial de la construction devrait atteindre 15 800 milliards d’euros d’ici 2030, avec une croissance annuelle moyenne supérieure à 3,9% depuis 2014, et seulement 2% de croissance en Europe de l’Ouest.
Le marché est soutenu par la Chine (+6%) et l’Amérique du nord (+4%).
L’urbanisation croissante a soutenu les investissements dans les bâtiments et les infrastructures dans les pays émergents.

Gardens by the Bay © Gardensbythebay

La demande a particulièrement augmenté pour les projets de transport stratégiques. Dans le même temps, la recherche de la durabilité sur les marchés matures a soutenu la demande de construction verte (énergies renouvelables, éco-quartiers, villes intelligentes, etc.).


L’initiative, qui a déjà commencé à se traduire par une participation croissante des entreprises chinoises sur le marché mondial de la construction, verra le gouvernement chinois dépenser mille milliards d’euros.


La politique d’expansion commerciale chinoise mise en avant par le président chinois Xi Jinping, outil de “soft-power” de la Chine et les travaux de la nouvelle route de la soie ont des conséquences sur la construction dans 65 pays. L’initiative, qui a déjà commencé à se traduire par une participation croissante des entreprises chinoises sur le marché mondial de la construction, verra le gouvernement chinois dépenser mille milliards d’euros. China Communications Construction Group figure déjà parmi les 10 premières entreprises de construction au monde, grâce à l’attribution continue de contrats (soutenue par le financement des principales banques chinoises) en Afrique et au Moyen-Orient.

Les entreprises occidentales continuent de tirer parti de leur expertise internationale en matière de gestion de projets pour remporter des mégaprojets. Ils se sont transformés en fournisseurs de solutions de bout en bout (“building as a service”), ajoutant des compétences sur toute la chaîne de valeur de la construction, du conseil aux services aux utilisateurs finaux. L’une de leurs principales stratégies consiste à accélérer le développement d’opérations de concession très lucratives.


La construction verte


En 2015, la construction verte représentait environ 24% de tous les projets de construction et devrait continuer à doubler tous les trois ans.

Le pourcentage d’entreprises de construction avec plus de 60% de projets certifiés verts devrait plus que doubler, passant de 18% en 2015 à 37% en 2018.
En outre, l’étude LEED montre que la construction écologique génère d’importantes économies de coûts opérationnels d’environ 14% par rapport à la construction traditionnelle, ce qui incite fortement les entrepreneurs à développer leur offre dans ce domaine.
On s’attend donc à ce que la construction écologique continue de stimuler l’industrie mondiale de la construction, en particulier dans les pays en développement, où ce secteur est beaucoup plus dynamique que celui des pays développés.


Singapour a dévoilé en 2014 son 3e schéma directeur sur les bâtiments écologiques, qui comprend notamment un plan d’incitation de 32,7 MM€. Le pays vise à rendre 80% de son parc immobilier vert d’ici 2030.


La construction verte est particulièrement développée dans des pays tels que l’Afrique du Sud (41%), l’Inde (37%), Singapour (36%), le Mexique (35%) et l’Allemagne (35%) où les gouvernements ont tendance à subventionner cette industrie, afin d’encourager les projets de construction écologiques. Pour exemple : Singapour a dévoilé en 2014 son troisième schéma directeur sur les bâtiments écologiques, qui comprend notamment un plan d’incitation de 32,7 millions d’euros. Le pays vise à rendre 80% de son parc immobilier vert d’ici 2030.
La numérisation et l’innovation sont les principaux moteurs de la croissance des entreprises mondiales. Elles permettent les gains de productivité en amélioration la gestion globale des projets, depuis la conception jusqu’à la maintenance.
La numérisation à grande échelle devrait entraîner des économies annuelles globales d’environ 13% à 21% au cours de la phase de conception et d’ingénierie et d’environ 10% à 17% pendant la phase d’exploitation, pour la construction non résidentielle. En outre, le temps de construction devrait être réduit de 30% pour les immeubles de bureaux, 23% pour les autoroutes et 15% pour les centrales électriques grâce à la numérisation.

Pour exemple : Singapour a dévoilé en 2014 son troisième schéma directeur sur les bâtiments écologiques, qui comprend notamment un plan d’incitation de 32,7 millions d’euros. Le pays vise à rendre 80% de son parc immobilier vert d’ici 2030.
La numérisation et l’innovation sont les principaux moteurs de la croissance des entreprises mondiales. Elles permettent les gains de productivité en amélioration la gestion globale des projets, depuis la conception jusqu’à la maintenance.
La numérisation à grande échelle devrait entraîner des économies annuelles globales d’environ 13% à 21% au cours de la phase de conception et d’ingénierie et d’environ 10% à 17% pendant la phase d’exploitation, pour la construction non résidentielle. En outre, le temps de construction devrait être réduit de 30% pour les immeubles de bureaux, 23% pour les autoroutes et 15% pour les centrales électriques grâce à la numérisation.

SJ